Expatriation en Guadeloupe : entre le rêve et le premier pas

Les Caraïbes font rêver plus d’un : vivre dans un climat tropical, côtoyer des paysages authentiques et paradisiaques, proximité avec des plages paradisiaques … La réalisation de ce rêve n’est pas impossible pour ceux qui vivent dans l’Hexagone, dans la mesure où la Guadeloupe est un département d’outre-mer français. Cela facilite alors le côté administratif et le régime social reste pratiquement le même.

Mais s’expatrier ne se limite pas aux formalités, il faut être sûr de pouvoir s’adapter à la situation locale. Avant de s’y lancer, il convient alors de faire une reconnaissance des lieux. Il ne s’agira pas de vacances, mais de commencer à évaluer le coût de la vie, de confirmer l’existence de tous les besoins, de prévoir l’hébergement, etc. Et si vous n’êtes pas mutés, il faudra voir sur le marché du travail guadeloupéen quelles sont les possibilités. Souvent, les retraités se contentent de petites activités qui leur passionnent tandis que ceux qui veulent faire un virage à 360° réalisent des projets adéquats à la localité comme la restauration ou l’hôtellerie.

S’expatrier en Guadeloupe

Une expatriation se prépare plusieurs mois à l’avance, voire une année. Bien entendu, ce n’est pas à l’arrivée que vous allez chercher une maison et un travail, surtout si vous êtes avec des enfants. D’ailleurs, concernant ces derniers, il va falloir attendre la fin de l’année scolaire et s’occuper du transfert. Ce sera également le cas pour le compte bancaire, les aides et couvertures sociales, etc.

Si vous êtes propriétaire en France, optez pour une location meublée à moins de vouloir emmener vos meubles et toutes vos affaires avec vous. Dans ce cas, vous devriez faire appel à un déménageur international et préparer vos gros cartons. La Guadeloupe ne manque pas d’infrastructures médicales, mais il est tout de même important d’économiser suffisamment au cas où une évacuation sanitaire en Métropole serait nécessaire. D’ailleurs, parmi les formalités exigées par les autorités guadeloupéennes, votre contrat de travail doit spécifier une clause de rapatriement. Sinon, vous devriez justifier par vos moyens financiers que vous pourrez revenir en France le moment venu, par exemple, en ayant un billet retour open.

jeudi 31 mai 2012, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :