Le Gwoka, plus qu’une musique, une véritable identité

Le Gwoka est un style de musique traditionnelle typique de la Guadeloupe. Né du temps des esclaves, il constituait un moyen pacifique d’exprimer sa révolte et de s’évader par l’esprit, le temps de quelques chansons, du quotidien difficile lié à la servitude.

Avec l’interdiction de couper des arbres, les esclaves cherchèrent des ressources à leur portée pour jouer de la musique. Ils décidèrent donc d’utiliser des tonneaux en guise de tambours. C’est ainsi que le « ka », instrument de base du Gwoka, fut créé.

Pour respecter la tradition, la pratique de Gwoka exige deux grands tambours que l’on appelle « boula » et un plus petit, le « mawké », qui a pour rôle de donner le rythme aux chanteurs et aux danseurs. En effet, le Gwoka va de pair avec chant et danse afin de parfaitement véhiculer les valeurs de la liberté et la notion de festivité.

Le festival annuel de musique traditionnelle, pour s’imprégner de la culture créole

Le festival de musique traditionnelle de Guadeloupe s’est donné comme objectif de promouvoir le dynamisme, la diversité ainsi que la créativité de la culture créole. Il a lieu tous les ans, en juillet. Organisé dans la ville de Sainte-Anne, c’est un événement exceptionnel à ne pas rater, une occasion unique pour s’imprégner de la culture locale. Au programme : rencontres caribéennes, musique, danse et chant traditionnels, mais aussi gastronomie créole.

Durant les festivités qui s’étalent sur une semaine, des séminaires se succèdent en journée. Le soir à partir de 20 heures, place à la fête avec des soirées spéciales Gwoka, et ce, jusqu’à l’aube. Par ailleurs, des concerts donnés par des artistes et chanteurs plus ou moins connus sont accessibles à tous, dans les rues ainsi que sur la plage de Sainte-Anne. Avec l’ambiance de folie qui est au rendez-vous chaque année, nombreux sont ceux qui attendent cet événement, qu’il s’agisse de résidents ou de touristes. Pour ne rien rater, n’hésitez pas à consulter le calendrier des festivals !

mercredi 18 avril 2012, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :