Pour préserver la qualité de l’environnement

La Guadeloupe attire de plus en plus les adeptes de l’écotourisme qui sont particulièrement intéressés par les découvertes et les différentes activités qu’ils peuvent réaliser dans la merveilleuse nature de l’archipel. Le Parc national enregistre un nombre croissant de visiteurs. Cet endroit détient des sites très appréciés des touristes, comme les Chutes du Carbet, le volcan de la Soufrière et la Route de la Traversée. Cette forte fréquentation pourrait menacer l’équilibre de l’écosystème.

Dans l’optique de préserver la qualité de l’environnement tout en continuant à accueillir un maximum de visiteurs, le Parc national de la Guadeloupe a créé le label « Marque de Confiance ». Il s’agit d’une formule idéale pour développer l’écotourisme d’une façon harmonieuse. L’objectif consiste à favoriser une offre touristique adaptée au contexte, respectant les normes environnementales. Cette disposition est valable pour tout le territoire guadeloupéen.

Critères de sélection

Pour obtenir le label « Marque de Confiance », les opérateurs doivent signer une convention de qualité. Quatre types d’activités sont concernés : le tourisme de pleine nature, les activités exercées dans le monde marin, les sites aménagés et les locations d’hébergement. De nombreux prestataires du secteur touristique ont décidé d’adhérer au concept. Ils se sont engagés à opérer dans le cadre de la valorisation des richesses culturelles et naturelles de la Guadeloupe et du respect de l’environnement. De leur côté, les responsables du Parc national mettent en œuvre une politique d’aménagement afin d’offrir aux visiteurs le meilleur accueil possible.

Ces opérateurs doivent remplir certaines conditions. Les critères de sélection sont surtout axés sur la promotion de l’écotourisme. Ils doivent s’engager à respecter la réglementation en vigueur en termes de préservation de l’environnement et privilégier les équipements fonctionnant à l’énergie renouvelable. Les aspects culturels, économiques et sociaux entrent également en ligne de compte. Ils doivent contribuer au développement de l’économie sociale par le biais d’une gestion saine et du développement de l’emploi. La mise en valeur des savoir-faire traditionnels est aussi prévue.

samedi 24 mars 2012, par Redaction 3

+ d'infos sur "accueil"

Newsletter - Votre mail :