Guadeloupe : la musique d’ailleurs

La musique traditionnelle de Guadeloupe par excellence est le Gwo Ka. Elle trouve ses racines dans la musique africaine en utilisant tambours, tam-tam et percussions. Elle est apparue pour la première fois en Guadeloupe chez les esclaves qui travaillaient dans les champs. Elle leur servait de moyen de communication par lequel ils célébraient toutes sortes d’évènements : naissance, mariage, veillées mortuaires pour lesquels elle est accompagnée des rythmes vocaux comme le boulagel, banjogita ou sonora-waka mais également pour manifester certaines révoltes dans le travail, etc.

Il existe d’autres genres musicaux en Guadeloupe. Entre autres, le Lewoz qui est une sorte de musique incantatrice ; le Grage qui accompagne les productions agricoles ; le Roulé qui sert plutôt à charmer les Blancs ; quant au Mindé, on l’entend souvent lors des carnavals et fêtes collectives. D’autres rythmes qui viennent des îles voisines y font aussi fureur comme le Kadans qui vient d’Haïti mais qui a été par la suite adapté à la mode guadeloupéenne. Plus modernes encore car récemment introduits sur l’île, vous avez le ragga et le dancehall originaires de la Jamaïque mais très populaires chez les jeunes de Guadeloupe.

Guadeloupe : de la tradition à la danse

La danse et la musique sont inséparables dans la culture guadeloupéenne. D’ailleurs chaque genre musical correspond à une danse spécifique. Les plus anciennes sont celles d’origine africaine. Le Gwo Ka comme le genre musical du même nom est une sorte de danse rituelle. Le Lewoz mime plutôt les attaques dans les champs sous le rythme d’une incantation tandis que le Roulé est une sorte de valse créole. Pour les danses liées au travail, il y a le Graj pour la récolte du manioc et le Padjanbel pour la coupe de la canne à sucre. D’autres sont liées à une célébration spécifique comme le Bamboula pour la fête du Dimanche ou le Mendé pour le carnaval.

Des danses plus modernes deviennent également aujourd’hui symbole d’exotisme en Guadeloupe. Le Zouk qui se danse sous le rythme musical du Zouk Love devient emblématique des Caraïbes tout entières. Il se danse collé serré avec le partenaire. Il y a aussi la Biguine, une danse beaucoup plus active à tel point qu’elle est devenue un sport national. Des variétés de danses héritées des colons au rythme très prononcé s’y trouvent aussi, de la valse à la polka en passant par la mazurka, une danse de salon de style folk et le menuet, une sorte de danse à trois temps très prisée chez les Blancs de l’île.

jeudi 17 juin 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :