Peler ou non les fruits et légumes ?

Les fruits et les légumes sont bénéfiques pour la santé et l’on ne cesse de nous dire d’en manger au moins 5 par jour.

Le premier geste que l’on a l’habitude de faire lorsqu’on en consomme est d’éplucher. La peau contient des minéraux, des vitamines, des polyphénols et des fibres indispensables à l’organisme. Quand la peau est enlevée, ces nutriments suivent et font perdre une grande partie de ses valeurs nutritives au fruit ou au légume. Il faut cependant rappeler que certains aliments ne sont mieux assimilés qu’une fois épluchés. Les courges potagères cultivées à côté des courges d’ornement en prennent l’amertume provoquée par la cucurbitacine. Elles deviennent alors toxiques.

Les vertus de la pelure

En règle générale, il est conseillé de manger les fruits avec leur peau et leurs pépins. Les fibres qu’ils contiennent faciliteront le transit intestinal. C’est aussi valable pour les légumes. Par exemple, la pelure d’aubergine contient un pigment ayant une forte teneur en nasunine. Celui-ci possède des propriétés antioxydantes et protège de certaines maladies cardiovasculaires.

Les produits toxiques

La crainte des consommateurs concernant la pelure est toutefois justifiée. En effet, l’utilisation intensive de pesticides de synthèse dans l’agriculture intensive laisse des résidus toxiques sur la peau des fruits et légumes, et dans la couche interne. Si le choix est de ne pas retirer la peau, il est préférable de consommer des produits frais et bio, plus sains et bénéfiques.

Et si l’on souhaite tout de même conserver la peau des fruits et légumes ?
Les risques se rapportant à la consommation de la peau des fruits et des légumes sont réduits par un maximum d’hygiène. Ces aliments seront méticuleusement lavés à l’aide d’une brosse. Celle-ci délogera les saletés incrustées dans les crevasses tout en retirant toute trace de produits chimiques. Les aliments ainsi nettoyés pourront être ingérés sans risques majeurs. Il est également préférable de faire ses courses chez des producteurs locaux que l’on connaît bien.

mardi 18 novembre 2014, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :