Les Temples hindous en Guadeloupe

Les Indiens, en Guadeloupe, sont principalement concentrés à Grande-Terre, dans la région du Moule et de Saint-François. Malgré la créolisation, ils ont gardé leur patrimoine culturel à travers leurs rituels. Ils pratiquent leur religion en dépit de la langue créole et du catholicisme qui ont conquis de nombreux foyers. On peut aussi parler d’échange culturel : le colombo par exemple qui est d’origine tamoule est devenu le plat typique de la Guadeloupe. Les Temples hindous sont présents dans la campagne et se repèrent par leurs mats tricolores arborant des drapeaux rouges et bleus sous lesquels des réceptacles accueillent des offrandes, des bougies et des lampes à huile.

Il existe 400 temples hindous en Guadeloupe, ils sont divisés en deux catégories : le Temple de Kamilal et le Temple de Malienmin. D’abord modeste, l’architecture de ces Temples a évolué vers des bâtiments durs. Chaque Temple possède sa propre décoration avec des croissants de lune, des bateaux ou des signes hindous. Les Indiens peuvent effectuer leurs cérémonies sans obstacle et les diverses fêtes rituelles se déroulent naturellement. L’image de la Guadeloupe est souvent centrée sur les plages, les restaurants, la cuisine, alors que les Temples hindous constituent également des lieux touristiques liés au patrimoine culturel local.

Visitez le Temple hindou de Changy

Au nord de Capesterre, le Temple hindou de Changy est le plus vaste et peut être le plus beau de la Guadeloupe. Il témoigne de l’importance de la communauté indienne arrivée en Guadeloupe après l’abolition de l’esclavage : les propriétaires terriens faisaient venir cette main-d’œuvre considérée alors comme bon marché. Le Temple hindou de Changuy est principalement fréquenté par la communauté tamoule, originaire du sud de l’Inde. Il est situé entre Capesterre-Belle-Eau et Sainte-Marie et constitue le lieu de culte hindou le plus important de la Guadeloupe. Il est dédié à Malienmin, divinité du temple la plus vénérée. Statue à 4 bras, elle tient dans ses mains l’épée, le disque, le lilas des Indes et le trident de Shiva.

Reconstruite en 1974 à l’emplacement même d’un ancien Temple, la façade principale est surmontée d’un « gopouram » richement décoré de divinités hindoues imitant l’architecture des temples de l’Inde. Le culte indien aurait été introduit pour la première fois à Capesterre par un certain Mr Tamby. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, il aurait ramené une pierre, sorte de Menhir représentant la déesse Malienmin. Cette pierre est surmontée d’une poupée couverte de bijoux. Le Temple est ouvert le vendredi et le dimanche de 7 h à 10 h, mais sous conditions : il faut jeûner la veille, ne porter aucun objet en cuir, ne pas avoir eu de mauvaises pensées ni de relations sexuelles, car les Indiens effectuent un rituel précis avant d’entrer dans le Temple.

samedi 29 mai 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :