Histoire et monuments à découvrir

L’histoire de Grande-Terre est marquée par la colonisation de l’île qui a débuté vers la fin du 17e siècle avec la culture de la canne à sucre dans la région de Petit-Canal. Port-Louis était, pour sa part, une rade-marine commerciale très fréquentée, mais se tourna progressivement vers la culture de la canne. Plus reculée, Anse-Bertrand servit de refuge aux derniers autochtones avant d’être elle aussi colonisée par les Français au milieu du 18e siècle.

Témoignages du passé colonial de Grande-Terre, le bourg aux esclaves et les marchés aux esclaves attestent du passé douloureux de la Traite des Nègres. De nombreux monuments sont encore debout dans les communes de Grande-Terre, notamment les maisons traditionnelles de bois, le monument aux morts de Port-Louis et le monument de la Liberté. Dispersés dans le paysage, les moulins à vent qui restent visibles entre Port-Louis et Anse-Bertrand, la sucrerie distillerie de la Mahaudière, les restes de l’usine de Duval sont des vestiges d’un passé sucrier glorieux. On pourra également aller faire un tour du côté des anciennes prisons, de la Porte Enfer, dans le trou du souffleur ou marcher le long de la ligne de chemin de fer.

Et la nature ?

Les milieux naturels de Grande-Terre invitent à de belles balades dans les mangroves du Canal des rotours, dans le parc paysager de Petit-Canal pour découvrir les plantes médicinales, mais aussi dans les jardins arborés et autres jardins créoles. La Pointe-des-Châteaux, les falaises de la Grande Vigie, les Grands fonds offrent des points de vue imprenables côté mer et côté terre.

Les plages de Grande-Terre offrent de larges bandes de sable blanc ombragées pour bronzer et profiter du soleil. Les lagons aux eaux turquoise se prêtent à la plongée sous-marine tandis que les spots de vagues accueillent les amateurs de surf et de planche à voile. La nuit, les grandes villes de Grande-Terre restent éveillées pour profiter de la fraîcheur : boites de nuit et discothèques restent ouverts jusqu’à pas d’heure.

vendredi 26 octobre 2012, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :