Comment accéder au sommet de la Soufrière ?

Le sommet de La Soufrière constituant également le point culminant de la Guadeloupe, s’affirme comme le toit de la Guadeloupe. C’est aussi l’un des points les plus arrosés du globe. Une seule route, celle de Saint-Claude, permet d’y accéder. Depuis la Basse-Terre jusqu’à la Savane des Mulets, distant de 12 kilomètres, et situé à 1142 mètres d’altitude, la route est praticable. C’est une route en lacets zigzagant au cœur de la forêt tropicale, dense et humide. A partir de là, le reste de l’ascension se fait à pieds en prenant la piste jaune.

La Savane des Mulets se trouve au pied d’un dôme volcanique et sert de point de rendez-vous des randonneurs qui veulent poursuivre la montée. D’aucuns pensent que c’est ici la fin du parcours pour les moins courageux. A partir de la Savane des Mulets, il faut emprunter une piste jalonnée de fumerolles et une végétation rabougrie par des précipitations commence à envahir les lieux. Après deux bonnes heures de marche, un point dénommé la Citerne, permet de découvrir en temps dégagé, la Dominique, les Saintes, et même Pointe-à-Pitre. Au fur et à mesure de la montée, le paysage montre des versants aux aspects burinés et ravinés, et le climat devient de moins en moins clément. Ainsi, le port d’un pull ou d’un coupe-vent est fortement conseillé pour entamer les derniers mètres qui nécessitent plus d’efforts physiques et une endurance de fer.

A propos du volcan la Soufrière

La Soufrière de Guadeloupe est caractérisée par un paysage lunaire montrant des coulées de lave solidifiée et l’endroit est inhospitalier. C’est un volcan actif qui a connu de nombreuses éruptions. Depuis 1992, son activité sismique a connu une lente augmentation. Une récente étude a résumé qu’aucune activité éruptive n’est en vue prochainement. Toutefois, la Soufrière reste sous contrôle constant depuis la dernière éruption de 1976. En outre, il faut signaler que les émanations gazeuse aux abords du cratère sud, depuis 1998, est à craindre. En effet, elles ont provoqué des irritations et brûlures des yeux, de la peau et des voies respiratoires au point qu’un arrêté municipal de la ville de Saint-Claude, interdit l’accès à certaines zones du sommet.

Bref, la visite de la Soufrière en temps pluvieux, rend l’aventure très dangereuse. Aussi, le recours aux guides et l’observation du bulletin météorologique s’avèrent indispensables avant de s’y rendre.

mercredi 6 janvier 2010, par Edito Guadeloupe

+ d'infos sur "accueil"

Newsletter - Votre mail :