Arbre à pain : son voyage jusqu’aux Antilles

Le fruit à pain ou le fruit de l’arbre à pain figure parmi les bases de la gastronomie de la Guadeloupe. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, cet arbre fruitier ne trouve pas son origine sur ces mêmes terres antillaises. L’arbre à pain est d’origine polynésienne et indonésienne et n’a été connu par le peuple de la Guadeloupe que vers le XVIIIe siècle. Ayant pris connaissance de ses vertus nutritives, le capitaine William Bligh a décidé d’importer cet arbre aux Antilles pour nourrir les esclaves. C’est du côté de la Jamaïque que l’arbre à pain a commencé à se répande du côté des Antilles.

Depuis cette époque, celle de la traite des esclaves, l’arbre à pain est entré dans la tradition de la Guadeloupe. Son fruit dit fruit à pain nourrit largement les habitants de l’archipel. Et ceci ne concerne pas uniquement l’alimentation. L’arbre aide également à la construction de pirogues par exemple. Pour entrer plus en détail sur les caractéristiques botaniques de cet arbre, l’arbre à pain ou « artocarpus altilis » pour son nom scientifique est une plante de la famille des moracées. L’arbre à pain existe sous la forme de deux grandes variétés dont l’Artocarpus altitis var. altilis qui produit de faux-fruits non consommables et l’Artocarpus altitis var. Seminifera dont les fruits sont consommables.

Arbre à pain : sa consommation en Guadeloupe

Certaines personnes se demandent peut-être comment les fruits de l’arbre à pain peuvent constituer la base d’une alimentation. Cela vient sûrement de la consistance farineuse de la chair des fruits, qui est comparable à la texture de la pomme de terre. D’ailleurs, les fruits à pain sont, comme cette dernière, très riches en amidon. De ce fait, ils se consomment à peu près de la même façon : les fruits à pain se dégustent cuits, sucrés ou salés. Pour ce dernier cas, les fruits à pain se préparent et se cuisinent comme des légumes. De plus, ils se révèlent particulièrement nutritifs.

Dans le cadre d’un plat principal, les fruits à pain sont souvent associés à d’autres ingrédients et permettent de concocter de délicieux ragoûts. Parmi ces ingrédients la viande, les fruits de mer, les légumes comme les carottes et bien évidemment les épices pour relever le goût. En dessert, ils peuvent être confits ou réduits en confiture. Quand on parle de la Guadeloupe, que ce soit d’un point de vue écologique ou d’un point de vue gastronomique, l’arbre à pain est toujours mentionné. C’est dire que cet élément de la flore guadeloupéenne fait partie intégrante de son identité.

mardi 26 janvier 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :