Grand-Cul-de-Sac marin : une richesse naturelle

Depuis 1991, La Réserve Naturelle Grand-Cul-De-Sac Marin est gérée par le Parc National de la Guadeloupe. La convention Ramsar l’a classée parmi les zones humides d’importance internationale pour les Oiseaux d’eau en 1993 et elle fait également partie de la Réserve de Biosphère de l’Archipel de la Guadeloupe depuis 1994. Sur une surface de 2115 hectares de mer territoriale et de 1622 hectares de forêts, la réserve regroupe 87 espèces d’algues, 5 espèces de phanérogames marines, des coraux, des mollusques, des poissons, des oiseaux... tout un écosystème riche et diversifié.

La Guadeloupe possède une biodiversité riche, de fortes potentialités en matière de faune et de flore qu’il faut protéger et maintenir. Les objectifs consistent à faire revenir la Lamentin, en plus d’une participation de la communauté locale dans la gestion du patrimoine naturel avec la mise en place d’une politique de développement durable. Les activités à l’intérieur de la réserve sont règlementées et protégées par le statut de la réserve elle-même : pêche interdite, interdiction d’allumer des feux, de jeter des déchets, de camper ou de survoler les îlets, seule la pêche à la ligne est autorisée. Les îlets sont formés par ceux de Christophe avec la Biche, Carénage et Fajou.

Grand-Cul-de-Sac marin : des espèces à protéger

Les territoires regroupés dans la Réserve naturelle du Grand-Cul-de-Sac sont les mieux protégés des Petites Antilles. Parmi ces richesses, il y la mangrove, une forêt de palétuviers qui couvre 8 000 hectares de la Guadeloupe dont les 80% sont autour de la réserve. Les oiseaux de mer s’y retrouvent, les coquillages, les crustacés, et les poissons viennent s’y reproduire. Les fonds marins font partie de la richesse de cette réserve avec les récifs coralliens composés de 50 espèces de coraux qui servent de refuge et de lieu de reproductions à d’autres espèces. Cette réserve accueille également 255 espèces de poissons ainsi que des tortues qui bénéficient désormais d’un plan de restauration.

La réserve est le nid de plusieurs espèces d’oiseaux de mer comme les sternes, les frégates, des oiseaux vivants en milieu d’eau douce tels que les poulpes d’eau, les martins-pêcheurs ainsi que les oiseaux migrateurs et les sédentaires. La découverte de cette réserve peut se faire en kayac des mers. Le départ se fera de Morne-Rouge à Sainte-Rose, durant le trajet, à quelques centaines de mètres, les hérons, les garde-bœufs se font entendre. La Biche avec ses eaux turquoise est idéale pour une journée de plongée à la découverte des fonds marins sous l’encadrement de Christian Rouelle, créateur de Nature Passion Écotourisme.

mardi 13 juillet 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :