Un retour aux sources

Depuis la nuit des temps, les jardiniers ont toujours suivi le rythme des saisons pour leurs cultures. Une pratique que la culture intensive a quelque peu mise aux oubliettes. Aujourd’hui, le retour à un mode de plantation plus écologique les pousse à revenir au calendrier lunaire. Les influences de la lune sur la terre sont avérées (le flux des marées entre autres). Les plantes, elles aussi, en subissent les influences selon les adeptes de cette pratique.

Les travaux à la lune ascendante

Pour que les plantes d’un jardin puissent bénéficier des effets de la lune, on doit avant tout se référer à ses mouvements ascendants et descendants. Lorsque le satellite est ascendant, on procède à la greffe des arbres, à la récolte des fruits ou encore à la cueillette des feuilles et des fleurs. En effet, c’est la période où la sève remonte dans la tige, rendant les minéraux et les oligo-éléments plus accessibles.

Les avantages du jardinage à la lune descendante et décroissante

Au moment de la lune descendante, lorsque la sève redescend dans les racines, on bine et on désherbe. Cette période est également celle du bouturage et du marcottage, sans oublier la taille des arbres, des plantes grimpantes et des haies. La terre aura besoin d’un nouvel apport de compost et d’engrais.

La lune décroissante, bien qu’ayant un assez faible impact sur les plantes, est le moment où elles sont plus difficiles à conserver. Les fruits cueillis durant cette période sont meilleurs et les fleurs plus parfumées.

Les périodes néfastes du calendrier lunaire

Toutes les périodes du calendrier lunaire ne sont pas favorables au jardinage. C’est le cas lorsque la lune est à son apogée et qu’elle se trouve au point le plus éloigné de la terre. Selon les jardiniers qui plébiscitent cette technique, durant ce laps de temps rien, ne doit être entrepris, tout comme lorsque le satellite est au périgée.

jeudi 22 février 2018, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :