Marie Galante : l’île aux cent moulins

Marie Galante est appelée l’île aux cent moulins, et ce surnom n’est pas dû au hasard. Le paysage de l’île est, en effet, fortement marqué par à peu près soixante-dix ruines de moulins essentiellement à vent, même si on en trouve à eau et à bête dans l’ensemble de l’archipel. Plus ou moins conservés, les moulins de Marie-Galante rappellent l’importance du travail de la canne à sucre dans l’histoire de la Guadeloupe. Ils servaient à presser ces fameuses tiges pour en extraire le jus. Ce genre d’infrastructure était particulièrement adapté à Marie-Galante du fait de la puissance des vents marins dont elle bénéficiait.

L’histoire des moulins à vent fait partie intégrante de celle de Marie-Galante. En effet, ils étaient en activité durant plus d’un siècle sur l’île. Le premier moulin d’entre eux a été bâti en 1738 et le dernier en 1843. Malgré l’implantation de nombreuses usines de traitement de la canne à sucre à Marie-Galante, quelques moulins ont continué leur activité. En 1946, le moulin de Grand-Pierre, situé à Saint-Louis, fut aussi laissé à l’abandon alors qu’il était le dernier encore en activité. Ainsi, de nombreuses ruines de moulins figurent parmi les sites à visiter absolument à Marie-Galante.

Marie Galante : Découvrez le Moulin de Bézard

Le Moulin de Bézard est actuellement le plus visité en Guadeloupe. En effet, après la cessation de ses activités, celui-ci fut réhabilité. L’ensemble de son mécanisme fonctionne à nouveau parfaitement. Le Moulin de Bézard, vestige de la commune de Capesterre, a été entièrement rénové et dispose d’une charpente métallique, d’ailes toilées et d’un toit en bon état. Un gouvernail facilite aussi la direction manuelle des ailes selon la direction du vent. Lors de la visite de ce site charmant, les touristes peuvent gouter du jus de canne, extrait sur place.

Le Moulin de Bézard est ouvert au grand public de 10 h à 13 h. L’entrée est gratuite et en plus de visiter l’intérieur du bâtiment, les touristes pourront découvrir sur le site de nombreux produits artisanaux, présentés dans des cases en gaulettes, les cases typiques de la région. Ce type d’habitation était caractéristique des logements des esclaves qui travaillaient dans le moulin. Sur le site de Bézard, elles sont construites en contrebas de la maison du maître. Bref, le Moulin de Bézard vous donne un aperçu du travail de la canne à sucre et de l’histoire de l’infrastructure et des conditions qui étaient celles des travailleurs.

mardi 11 mai 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :