L’île de la Basse-Terre en bref

L’île de Basse-Terre est dominée par des montagnes, dont la Soufrière, haute de 1 467 m. Elle s’étend sur 848 km², avec au total 180 km de côtes. Contrairement à la Grande-Terre, la Basse-Terre est parée d’une végétation généreuse, traduisant le climat tropical prédominant dans cette zone des Caraïbes. Sa forêt tropicale, vaste de 17 000 ha, forme d’ailleurs le parc National de Guadeloupe depuis 1989. Le paysage qu’offre la Basse-terre est exceptionnel, avec plusieurs itinéraires possibles de randonnées, à pieds, en quad, à cheval, en VTT... La flore y est d’une rare beauté et la faune composée de plusieurs espèces d’animaux spécifiques à l’île.

La région Est de l’île qui donne sur l’Atlantique est appelée la Capesterre, et celle qui descend vers la mer des Caraïbes, la Basse-Terre, c’est là, un peu plus au Sud, qu’est située la commune du même nom. Cette dernière n’est autre que la capitale administrative de la Guadeloupe. La population locale, s’abritant dans environ 5 500 logements, bénéficie de la présence de plusieurs rivières dont les plus importantes sont la Grande-Rivière et la Lézarde. Par ailleurs, la Basse-terre comprend plusieurs îlets dont le Grand-îlet, l’îlet Cabrit, l’îlet Fortune, l’îlet Pigeon, l’îlet de Carénage, l’îlet de Kahouanne et une suite d’îlots appelée îlet de Haie Bébel.

La Basse-Terre, une végétation luxuriante

L’humidité domine cette partie de la Guadeloupe, ce qui explique sa végétation luxuriante. Il n’est ainsi pas étonnant que des ondées surviennent sur les plages pour vous rafraîchir. En vous promenant le long des côtes, vous serez envoûté par la richesse du paysage : forêt tropicale, bananeraies, champs de canne à sucre, rivières, plages de sable roux, noir, blanc, etc. Le Parc National de la Guadeloupe veille à maintenir l’équilibre général de l’écosystème, pour le plus grand plaisir des visiteurs. Des professionnels vous y accueillerons pour vous proposer différentes activités et une visite des plus mémorables.

Vous pouvez entre autres visiter La Mangrove de la Baie-Mahault ou encore La Station thermale René Toribio à Lamentin. N’oubliez pas non plus la réserve naturelle de 3 700 hectares, le Grand-Cul-de-Sac-Marin, à Sainte-Rose, comprenant 2 100 ha de milieu marin et 1 600 ha de milieu littoral humide, avec ses marais, sa forêt marécageuse, ses récifs coralliens… Vous ne pourrez pas non plus rater le jardin Botanique de Deshaies, où cascades, murs d’eau et de végétaux, orchidées, plantes épiphytes, nénuphars et autres, rivalisent de beauté. Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres, la Basse-Terre offrant également aux visiteurs d’autres parcs, jardins, musées, cacaoyères, etc.

mercredi 10 février 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :