Les entrées de Guadeloupe

Comme dans la quasi totalité des pays créoles, les guadeloupéens ont l’habitude de manger épicé. En entrée, un plat typique nous fait découvrir les « acras » (beignet de morue) ou les crabes farcis avec les différents épices locales.

Les plats de Guadeloupe

Les plats composés très souvent de ragoûts à base de volailles, de porc, de variétés de patates et de racines telles que l’igname, le fruit à pain ou la patate douce, des poissons grillés et des Ouassous (écrevisses d’eau douce) sont un exemple de la multitude des mets que présente la cuisine guadeloupéenne.

Les desserts de Guadeloupe

Une importance particulière est accordée aux fruits de l’île pour terminer ce merveilleux repas. Aussi, ananas, bananes, maracudja et d’autres fruits sont servis sous toutes les formes, en guise de dessert.

Le rhum et les boissons de Guadeloupe

Pour ceux qui ont l’habitude de goûter l’alcool, le rhum de la Guadeloupe servi en cocktail, le fameux "planteur" et le ti-punch à l’apéritif, tiennent une place non négligeable dans la société Guadeloupéenne. Vous pourrez retrouver les excellents rhum tels que le Damoiseau ou le Bologne. Pour les autres boissons, on peut remarquer que les guadeloupéens sont des consommateurs de vin mais aussi de bière qui est très appréciée, sans doute le climat tropical y est-il pour quelque chose... pourtant on ne fabrique pas tout dans l’archipel beaucoup d’autres produits sont importés.

La gastronomie reflète souvent l’histoire d’un pays et quand ça se mélange avec une autre culture gastronomique, il y a forcement influence, qu’elle soit positive ou négative. Malgré toutes les influences venues de partout, la Guadeloupe a toujours su garder ses anciennes traditions culinaires. Jusqu’à présent, les connaisseurs viennent du monde entier pour apprécier le « matoutou », le « matété » qui ne sont cités qu’à juste titre d’exemple parmi tant d’autres plats typiques de la Guadeloupe comme le columbo de poulet ou de cabri, le boudin créole, les accracs de morus. Il est incontestable que la gastronomie guadeloupéenne possède sa propre particularité et spécificité mais elle est aussi riche que diversifiée.

Mais cet art culinaire guadeloupéen pourra- t-il survivre face à ces influences qui lui sont néfastes ? Il y a un grand changement dans la mentalité des jeunes de l’archipel aujourd’huicar habitués par les « fast-food » et les « snack », on ne prête plus attention aux plats traditionnels qui sont des spécialités de la région parce que ce n’est plus « à la mode ». C’est quelque peu regrettable. :-(

vendredi 13 novembre 2009, par Admin

+ d'infos sur "accueil"

Newsletter - Votre mail :