Plats et entrées traditionnels

Pour un déjeuner typiquement guadeloupéen, comptez en entrée une dose généreuse de morue : beignets à base de morue (Accras de morue), morue à la vinaigrette (Chiquetaille de morue), etc. Les légumes qu’on trouve en grande variété en Guadeloupe honorent également l’entrée, mangés crus ou en gratin. Pour les plats de résistance, on retrouver deux modes de : soit le ragoût, soit les grillades. Il y a les colombos de poulet, les langoustes grillées arrosées de vinaigrette, le Jambon de noël, le vivaneau grillé, du poisson bien épicé, etc. En accompagnement, vous avez le choix entre les dombrés à base de farine, les légumineuses (patates, patate douce, madère, fruit à pain) ou encore du riz mélangé à du haricot rouge. Et le vrai luxe de la cuisine guadeloupéenne, c’est un coquillage extrêmement savoureux, mais devenu rare : le lambi.

Les piquants, les couleurs et la fraicheur de la cuisine guadeloupéenne

La touche guadeloupéenne se reconnait par l’utilisation d’épices : massalé, piment antillais, etc. Coté dessert, les fruits locaux sont déclinés dans diverses formes de préparation. La banane peut être flambée, préparée en tarte ou encore en mousse. L’ananas se cuisine en mille feuilles, en gratin ou poché aux épices. La noix de coco a des modes de préparation très variés : macaron, mousse, flan, tourment d’amour (tarte à la confiture de coco) et le blanc manger coco (variété de gâteau). Il existe encore d’autres fruits exotiques comme le maracudja et la goyave. Par ailleurs, les rafraichissements sont absolument à déguster lors d’un passage en Guadeloupe, à condition de ne pas en abuser. Les cocktails y sont exotiques : le ti’punch citronné, le planteur aux fruits, la liqueur de banane et les différents punch (gingembre, passion, coco). Alors, comment ne pas succomber au charme de la Guadeloupe avec l’expérience culinaire qu’elle nous réserve ?

lundi 8 août 2011, par Redaction 3

+ d'infos sur "accueil"

Newsletter - Votre mail :