La ferme parc aquacole, un concept original

La ferme parc aquacole, c’est d’abord l’idée de mettre en avant les ressources naturelles pour valoriser un produit local. L’endroit est ouvert aux visiteurs qui peuvent découvrir une production artisanale d’ouassous avec des passionnés d’aquaculture. La propriété propose également des activités de loisirs tels que la pêche à la ligne ainsi qu’une excellente table d’hôtes.

Les atouts de la ferme parc aquacole

En tant que propriété dédiée à l’aquaculture, le parc aquacole de Pointe-Noire possède déjà un atout de taille. En effet, c’est la seule aux petites Antilles à comporter une frayère pour les post-larves d’ouassous et les ombrines. Il s’agit aussi d’une culture remarquablement écologique qui n’emploie ni polluants ni traitements, le but étant de privilégier la qualité bio.

La promotion des produits locaux

La ferme parc aquacole est un exemple remarquable de tourisme durable, puisque les visiteurs sont invités à découvrir une ferme, un parc paysager et des ressources naturelles mises en valeur dans le principe du tourisme vert. C’est également sur place qu’on peut se procurer les ouassous et les ombrines, en plus d’un partage d’idées sur les condiments de la région, intitulé « Route des épices », qui a lieu tous les vendredis.

Découvrir le paysage

En plus de toutes ces cordes à son arc, la ferme parc aquacole de Pointe-Noire est aussi un lieu intéressant pour l’observation des oiseaux grâce à son emplacement géographique. Un biologiste entraîne les visiteurs sur la piste de nombreuses espèces protégées : des aigrettes, des martins-pêcheurs d’Amérique, des kyos et des balbuzards …

Les activités de groupe au parc aquacole

La ferme parc aquacole est un endroit idéal pour une visite en groupe et surtout en famille. Les nombreux étangs se prêtent à la pratique de la pêche au rouget. Plusieurs emplacements peuvent être choisis pour la pêche à la ligne. Après, il est possible d’emporter les produits pêchés ou de déguster les crustacés frais à la table d’hôte.

samedi 29 janvier 2011, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :