Le collectif Akiyo

Joël Nankin est avant tout un artiste reconnu pour ses talents de musicien. Véritable passionné des percussions, il décide de fonder en 1979 le Mouvman Kiltirel Akiyo. Dans un premier temps, il s’agissait d’un groupe musical qui s’est progressivement transformé en un mouvement indépendantiste. Akiyo a vu le jour grâce à une nécessité d’ordre culturel, politique et social. Selon lui, il est important que chacun replace sa naissance dans son contexte, car aujourd’hui, la grande variété culturelle ainsi que les revendications identitaires ont tendance à masquer les vraies origines. Occupant désormais une place de choix dans la culture guadeloupéenne, le collectif Akiyo a tout de même réussi à changer un certain nombre de choses, dont le regard que chacun porte sur soi.

Un grand militant

Joël Nankin est aussi un fervent militant radical qui s’est personnellement engagé pour l’indépendance de la Guadeloupe. Il sera pourtant jugé pour avoir commis des attentats et porté atteinte à l’intégrité du territoire français. Il a ensuite été emprisonné à la maison d’arrêt de Basse-Terre de 1983 à 1989. Depuis sa sortie, Joël Nankin garde toujours son âme d’activiste, et se bat avec nettement moins de virulence. Son objectif est de faire en sorte que la France ainsi que l’opinion publique prennent conscience de la situation archaïque dans laquelle vit la Guadeloupe. Selon lui, les « békés », c’est-à-dire les descendants directs des colons européens venus s’enrichir grâce à la traite des esclaves, contrôlent encore son île sur le plan économique. Lorsque Joël Nankin évoque les problèmes sociaux des Guadeloupéens, il ne manque pas de mettre un accent sur la nécessité de réformer l’éducation, le coût de la vie sur l’île et le chômage.

Un peintre

Joël Nankin est aussi une figure prestigieuse de l’art guadeloupéen. Dans chacune de ses œuvres, il évoque ses horreurs face à la domination des peuples. Pour mieux s’exprimer, il décide alors d’utiliser la technique des coulures pour mettre en avant un effet dramatique grâce à des couleurs sobres, sans oublier la force des brosses ainsi que la densité des compositions. D’une efficacité remarquable, chaque œuvre est même perçue comme un poème qui s’adresse aux hommes qui souffrent. Joël Nankin réalise sa première exposition en 1992 avec un collectif de peintres locaux, et aujourd’hui, ses œuvres sont toujours synonymes de succès, au point d’être vendus avant même d’être exposés.

jeudi 31 janvier 2019, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :