La société Antillaise et la musique

Les histoires des peuples de Grandes Antilles (Cuba, Haïti, Jamaïque et Porto Rico) et des Petites Antilles dont font partie la Guadeloupe et la Martinique (Antilles Françaises) sont inséparables des courants de musique qui font parler d’eux de par le monde entier.

Qui d’entre nous, par exemple n’a pas entendu parler de Bob Marley et du style « Reggae » qu’il a inauguré et qui continue d’occuper une place importante, aussi bien chez les jeunes que chez les moins jeunes, tant d’années après sa disparition ? Ou le « Zouk » qui séduit et occupe une place de choix dans les cœurs des Antillais et des étrangers ? En d’autres termes, la musique aux Antilles est le reflet d’une culture métissée sachant associer les rythmes français, espagnols, anglais et africains. Elle est tellement riche par essence qu’elle ne cesse de se réinventer. Par ailleurs, est-il besoin de souligner que ce métissage et le goût du renouveau permanent de la musique antillaise, favorisent une ouverture des cultures qui ne cessent de s’enrichir au fil des années. Bref, la diversité de la musique dans ce coin du monde rapproche davantage les peuples en dépit de leurs origines. Aux Antilles, la musique fait l’unité dans la diversité.

La fête de la musique aux Antilles

La fête de la musique aux Antilles dans les Caraïbes est célébrée chaque 21 juin. A l’instar du carnaval de Rio au Brésil, c’est une opportunité pour découvrir les courants de la musique des Antilles et des Caraïbes. La fête est haute en couleurs et les mélanges de styles musicaux ne font que revivre les rythmes Zouk, Reggae, Jazz, Biguine, Cha-cha-cha. Le temps n’a pas usé tous ces rythmes et de multiples prestations mettent les artistes, tour à tour, à l’honneur pour exhiber leurs talents. Tout est prévu pour réchauffer le coeur en quelque sorte.

L’occasion est également mise à profit par les artistes pour apporter leurs inventions. Pour ne citer que l’exemple de la « Biguine », elle incorpore peu à peu des instruments de musique, plus performant telles la trompette, la guitare, la batterie, ou la basse. Le « Zouk », contraction de Mazouk, désignant une fête populaire de campagne au début et animé par un orchestre formé de tambours, d’accordéon, de maracas et de triangle, est interprété actuellement par d’autres talents avec des styles très personnels. Ce qui fait la célébrité des artistes comme Zouk Machine, Tanya Saint Val, Gil Floro, etc.…

N’oublions pas que la Guadeloupe fait partie intégrante des Antilles.

mardi 1er décembre 2009, par Edito Guadeloupe

+ d'infos sur "accueil"

Newsletter - Votre mail :