Klodi Cancelier : quand l’Afrique rencontre les Caraïbes

Peintre guadeloupéen de renom, Klodi Cancelier occupe une place de choix dans le cœur des Antillais amateurs d’art. Cette préférence découle essentiellement de la capacité de l’auteur à valoriser l’histoire et la culture guadeloupéenne à travers ses œuvres. En plus du succès artistique qu’il rencontre auprès de la population des Caraïbes, la célébrité de ce peintre dans le monde n’a rien à envier à celle d’autres artistes guadeloupéens talentueux comme Guillaume Guillon Lethière ou encore de Michel Rovelas.

L’originalité de Klodi Cancelier réside dans son habitude d’instaurer un référent culturel dans ses œuvres. Enthousiaste à l’idée de renouer avec ses racines africaines, le peintre marie avec dextérité les cultures caribéenne et africaine à travers ses réalisations. Mythes et légendes, Klodi Cancelier clarifie les richesses culturelles africaines et caribéennes, notamment à travers sa collection « Échos de nos Mémoires », parue en 1996. Le peintre valorise l’impressionnisme dans la plupart de ses œuvres d’art.

Klodi Cancelier : les œuvres du peintre

Klodi Cancelier utilise des matériaux classiques tels que la toile et la peinture acrylique pour la réalisation de ses peintures. Partisan du courant impressionniste, il met en évidence la culture africaine et guadeloupéenne, conformément à leur véritable visage à travers des réalisations authentiques. Parmi ses tableaux, figure le tableau « Quintessence », présentant des visages africains ou encore le tableau « Totem Bleu », évoquant l’importance de la religion chez les peuples antillais et africains.

Depuis 1981, Klodi Cancelier a eu la chance d’exposer ses œuvres aux quatre coins du monde. Guadeloupe, Martinique, France, Canada, les amateurs d’art de ces pays ont déjà pu apprécier le talent de ce peintre guadeloupéen. Klodi Cancelier est le créateur de l’association « KOUKARA Koulè Karayib », qui a pour mission de promouvoir activement les arts plastiques guadeloupéens dans le monde. L’association défend aussi l’existence d’une esthétique contemporaine propre aux Antillais.

mercredi 19 mai 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :