Pourquoi « féroce » ?

Cette entrée classique de la cuisine antillaise est conçue à base de morue séchée, de manioc et d’avocat. Son nom « Féroce » vient de la force du piment utilisé pour relever la recette. En effet, selon l’échelle de Scoville qui permet d’évaluer la force d’un piment, le Habanero qui compose le féroce d’avocat fait partie des piments brûlants. L’avocat est alors un ingrédient pour l’adoucir puisqu’il est bien connu qu’un produit gras peut soulager l’intensité d’un piment. On a donc moins de risque de se brûler la langue.

La recette du féroce d’avocat

Voici une petite recette pour 6 personnes pour préparer un féroce d’avocat vite fait et succulent. Vous n’aurez besoin que d’un quart d’heure pour la préparation, et une dizaine de minutes de cuisson. Prévoyez également un temps de repos d’une heure.

Les ingrédients nécessaires :

• 200 g de morue séchée dessalée
• 1 avocat de 500 g ou 2 avocats bien mûrs
• 250 g de farine de manioc
• 3 cives (des oignons du pays)
• 2 habanero (piment antillais)
• 3 gousses d’ail pressées
• ½ bouquet de persil
• 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol
• Jus de citron vert, poivre, sel

Porter la morue couverte d’eau à ébullition dans une casserole. Aux premiers bouillons, retirer et égoutter immédiatement la morue.

Prélever la chair d’avocat et la découper en gros morceaux. Pour qu’elle ne noircisse pas, il faut l’arroser avec le jus de citron vert.

Hacher ensuite le persil très finement. Puis mélanger dans le bon d’un mixeur le persil, la chair d’avocat, la morue, un bout du piment et les cives. Mixer le tout. Y ajouter la farine de manioc et l’huile tout en mixant jusqu’à obtenir un mélange homogène.

Saler et poivrer avant de faire reposer au réfrigérateur durant une heure. Cette recette est à servir bien fraîche.

jeudi 21 septembre 2017, par Redaction 3

+ d'infos sur "accueil"

Newsletter - Votre mail :