Le cérémonial du Ti-punch

Il est quasiment impossible de ne pas goûter au Ti-punch lorsqu’on séjourne en Guadeloupe. Ce serait comme voyager en Chine sans goûter à la saveur d’un bon thé chinois. Le rhum est la boisson préférée des Antillais. Il se consomme tôt le matin, dans ce cas on l’appelle « décollage », à l’apéritif ou en fin de soirée. Bref, on y boit du rhum à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit. En Guadeloupe, le Ti-punch est une boisson traditionnelle. Son mode de consommation doit respecter certaines règles de cérémonie. Le buveur prend le temps de faire tourner le liquide pour bien le mélanger avant de le boire d’un coup de poignet sec. Normalement, le Ti-punch se consomme sans glaçon.

Comment préparer le Ti-punch ?

Dans la recette traditionnelle, on doit ajouter un peu d’eau sur le sucre pour qu’il s’imprègne de l’arôme du citron. Celui-ci doit également venir d’un citronnier particulier. En Guadeloupe, on préfère des petits citrons vert clair qui sont moins amers. Ces citrons ont la particularité de beaucoup d’arôme. Le sucre de canne doit être roux et non-raffiné. À la place du sucre, on peut utiliser le sirop de batterie. C’est un jus de canne pur que l’on obtient par évaporation. Quant au rhum blanc, il doit provenir d’un pur jus de canne à sucre.

Le Ti-punch dans la vie sociale

Le Ti-punch joue un rôle important dans la vie sociale des Antillais. Il est souvent proposé dans les fêtes locales. C’est également une boisson masculine qui se consomme dans une atmosphère très décontractée, dans un bar ou chez un ami intime. En effet, il ne doit pas être servi à table ou chez un convive. Il existe quelques variantes du Ti-punch, à savoir le vieux punch (citron, sucre et vieux rhum) ou le planteur (un cocktail de jus de fruits tropicaux auquel on a ajouté un peu de rhum).

lundi 8 août 2011, par Redaction 3

Newsletter - Votre mail :