La Toussaint en Guadeloupe, un évènement culturel

Incompréhensible pour certains, fascinante pour d’autres, la célébration de la Toussaint en Guadeloupe s’avère très différente de celle pratiquée sur le vieux continent. Chaque foyer profite de cette occasion pour se rendre au cimetière et évoquer la mémoire des proches disparus. Les Antillais entretiennent un rapport particulier avec les défunts. Ainsi, lors des veillées funèbres, si les uns pleurent le défunt dans la chambre funéraire, les autres sur la terrasse ou dans la cour évoquent des souvenirs ou des anecdotes amusantes sur la personne lors de son vivant.

Dans certains villages, les mérites du défunt sont chantés suivant le rythme du Ka. Il s’agit d’un air traditionnel typique aux Antilles. Avec le café et les boissons coulant à flot, les veillées funéraires prennent des allures plutôt festives, loin des atmosphères moroses et pesantes de la métropole. L’objectif de cette pratique est simple, il s’agit de rendre un dernier hommage au défunt tout en renforçant le lien existant entre les vivants. Pour vivre cette ambiance en dehors des veillés funéraires, il vous suffit de vous rendre en Guadeloupe le jour de la Toussaint.

La Toussaint en Guadeloupe, un hommage aux morts

Fête de tous les saints pour les chrétiens, fête des morts pour les païens, la Toussaint représente une occasion pour les Guadeloupéens de se rappeler de leurs proches déjà morts. Pour une fois, les plages se vident de leur affluence habituelle. Seuls quelques touristes qui manquent d’information et qui ignorent la culture locale s’y rendent. Les autochtones, eux, prennent la route des cimetières dès l’aube. Comme dans les autres pays européens, ils profitent de cette journée pour nettoyer, entretenir et repeindre la dernière demeure de leur proche. Une fois cette tâche achevée, ils placent généralement des fleurs au-dessus de la tombe en guise de souvenir.

Lors des rencontres dans les travées, tout le monde se salue et les connaissances forment de petits groupes pour évoquer les souvenirs des morts tout en s’informant des nouvelles des vivants. Contrairement à ce que l’on pense, l’atmosphère n’est pas du tout à la morosité. Des vendeurs ambulants profitent d’ailleurs de cette occasion pour vous proposer des sorbets ou des snowballs. Une fois la nuit venue, des bougies de toutes les couleurs viennent éclairer les sépultures. Hallucinant pour les uns, plein de mystère pour les autres, le spectacle offert par les flammes vacillantes des bougies crée dans tous les cimetières une ambiance féerique.

samedi 23 janvier 2010, par redaction

Newsletter - Votre mail :